Archives de catégorie : cinéma européen

Tre Piani de Nanni Moretti : l’héritage de l’imprécateur

Nanni Moretti a toujours été un imprécateur, et tout imprécateur est intransigeant. Dans Bianca (1983), La Messe est finie (1985), Palombella Rossa (1989) et même Journal Intime (1994), il criait sur les autres. Parce que sa rage avait quelque chose … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Moretti (Nanni) | Tagué , , , , , , , , | 11 commentaires

Milan Calibre 9 de Fernando Di Leo : trahisons

Premier film de la trilogie policière dite du milieu de Fernando Di Leo, Milan Calibre 9 (1972) tire parti d’un atout indispensable à tout film policier : un bon scénario, adapté d’un livre de Giorgio Scerbanenco, maître du polar italien. … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Di Leo (Fernando) | Tagué , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ames perdues de Dino Risi : amour pourri

Dans plusieurs de ses films tardifs, Dino Risi met en scène des hommes d’âge mûr qui refusent de vieillir. Dans Parfum de femme (1974), la perspective d’une vieillesse solitaire suscite des envies de suicide. Dans Dernier amour (1978), un comédien … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Risi (Dino) | Tagué , , , , , | 7 commentaires

Ordet de Carl Theodor Dreyer : simple

Ordet (1955) de Carl Theodor Dreyer est un de ces films où tout paraît simple. On peut dès lors en parler sans crainte, en dépit de sa réputation de film mystique : une femme meurt puis ressuscite, son mari sceptique … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma danois, cinéma européen, critique de film, Dreyer (Carl Th.) | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Julie (en 12 chapitres) de Joachim Trier : portrait de la jeune fille en artiste

Julie (en 12 chapitres) (2021) de Joachim Trier fait le portrait d’une jeune femme. Le film se décline en douze épisodes successifs annoncés par des intertitres, qui racontent l’apprentissage de la vie de Julie (Renate Reinsve), non pas sous un … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma norvégien, critique de film, Trier (Joachim) | Tagué , , , , , , | 8 commentaires

Les Vitelloni de Federico Fellini : chronique de ceux qui restent et de celui qui part

Les Vitelloni (1953) de Federico Fellini, c’est à la fois l’histoire de grands enfants désoeuvrés et « inutiles » s’ennuyant dans une petite ville de province, et l’histoire de la lente émancipation d’un homme, le discret Moraldo (Franco Interlenghi) qui va comprendre … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Fellini (Federico) | Tagué , , , , , , , | 6 commentaires

Meurtre à l’italienne de Pietro Germi : coupables

Un vol est commis dans un immeuble cossu du quartier de la Place Navona à Rome. Le propriétaire, un célibataire qui reçoit en catimini les jeunes voyous du quartier, ne souhaite pas porter plainte de peur de compromettre ce qui … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Germi (Pietro) | Tagué , , , , , | 2 commentaires

Black Book de Paul Verhoeven : vernis duplice

Black Book (2006) possède une caractéristique propre à de nombreux films de Paul Verhoeven : quant à la surface du récit, des images lisses, polies jusqu’au brillant, ne rechignant pas à céder à la tentation du spectaculaire ; quant au … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, critique de film, Verhoeven (Paul) | Tagué , , , , , | 23 commentaires

La Baie sanglante de Mario Bava : massacre égalitaire

Dans La Baie Sanglante (1971), qui a inspiré les films de slasher, les penchants gores de Mario Bava l’emportent sur ses aspirations esthétiques. Or, le gore est l’aspect le plus paresseux, le moins intéressant, du cinéma de genre. Ce passage … Lire la suite

Publié dans Bava (Mario), cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film | Tagué , , , , , | 4 commentaires

Le Maître et Marguerite d’Aleksandar Petrovic : Satan à Moscou

Dans Le Maître et Marguerite, l’un des romans les plus enthousiasmants jamais écrits, paru à titre posthume trente ans après sa mort, Mikhaïl Boulgakov se venge de tous les écrivaillons, tous les censeurs, tous les apparatchiks à la solde du … Lire la suite

Publié dans Adaptation, Boulgakov (Mikhaïl), cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Littérature, livres | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire