Archives par mot-clef : critique de film

Les Pionniers de la Western Union de Fritz Lang : un sursis

Chez Fritz Lang, l’homme qui a été marqué par le destin ne peut y échapper, comme si le cinéaste lui attribuait un « signe » reconnaissable, pareil à celui de Caïn. Mais cet homme peut espérer bénéficier d’un sursis s’il le mérite. … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Lang (Fritz) | Tagué , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Nope de Jordan Peele : le monstre et la fiction

Quelques mots brefs et tardifs sur Nope (2022), film de monstre aux allures d’allégorie sur les exploités d’Hollywood. Eventons d’emblée le mystère (ceux qui n’ont pas vu le film et voudraient le préserver ne liront pas plus loin) : Jordan … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Peele (Jordan) | Tagué , , , , , | 8 commentaires

The Fabelmans de Steven Spielberg : le garçon à la caméra

Film semi-autobiographique, The Fabelmans (2022) est moins l’histoire du divorce de ses parents que celle de Steven Spielberg se découvrant cinéaste, à travers son alter ego Sammy Fabelman, dont on suit le parcours initiatique de 7 à 17 ans. Ce … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Spielberg (Steven) | Tagué , , , , , , , | 17 commentaires

Femmes, femmes de Paul Vecchiali : jouer la comédie

Dans Femmes, femmes (1974), Paul Vecchiali filme deux comédiennes dont l’heure de gloire est passée. L’une, Sonia Saviange, continue d’espérer, de courir le cachet et les auditions, l’autre, Hélène Surgère, a renoncé, restant chez elles à attendre toute la journée, … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Vecchiali (Paul) | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

House by the river de Fritz Lang : deux coupables

House by the river, film remarquable, est pareil à un cauchemar poisseux. D’emblée, Fritz Lang marque son territoire : pendant le générique, la caméra survole un fleuve agité par un courant violent, donnant aux images sombres un caractère irréversible. C’est … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Lang (Fritz) | Tagué , , , , , | 8 commentaires

Le Parfum vert de Nicolas Pariser : les néonazis aux trousses

Chlorophylle de Raymond Macherot : quiconque a découvert cette merveilleuse bande dessinée belge enfant ne peut en garder qu’un souvenir indélébile. Macherot y révèle un sens de la narration qui permet à ses histoires de rivaliser avec les meilleurs récits … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Pariser (Nicolas) | Tagué , , , , , | 10 commentaires

L’Innocent de Louis Garrel : jouer pour dire je

Quelques mots en guise de séance de rattrapage à propos de cette comédie policière fort réussie. L’Innocent (2022) de Louis Garrel peut faire valoir trois atouts : un entrain dans la narration qui maintient en alerte l’attention du spectateur ; … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Garrel (Louis) | Tagué , , , , , , | 14 commentaires

Aucun ours de Jafar Panahi : transparence d’un récit double

Sous le joug d’une interdiction de filmer, Jafar Panahi se met lui-même en scène dans Aucun Ours (2022). Hébergé par un habitant d’un village proche de la frontière turco-iranienne, il y dirige à distance, clandestinement, une fiction se déroulant dans … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma iranien, critique de film, Panahi (Jafar) | Tagué , , , , , , | 14 commentaires

Ariaferma de Leonardo Di Costanzo : rapprochements

Ariaferma (2022) de Leonardo Di Costanzo déjoue constamment les attentes du spectateur. C’est un film dont la première scène se déroule en extérieurs, dans un paysage de pierre et de guarrigue, quelque part en Sardaigne. Tout le reste du récit … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Di Costanzo (Leonardo) | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

La Salamandre d’Alain Tanner : Rosemonde, hors cadre

Le caractère protestataire de tout un pan du cinéma européen des années 1970 apparait clairement dans La Salamandre (1971) d’Alain Tanner, cinéaste suisse récemment disparu. Il y trace le portrait d’une jeune femme de vingt-trois ans refusant l’asservissement que lui … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma suisse, critique de film, Tanner (Alain) | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires