Archives de l’auteur : Strum

Les Amandiers de Valéria Bruni-Tedeschi : souvenir de jeunesse toujours vivant

Dans Les Amandiers, Valéria Bruni-Tedeschi raconte l’année qu’elle a passée à l’école du théâtre des Amandiers à Nanterre, période de sa vie que le cinéma lui permet de revivre par procuration, en convoquant les fantômes des morts. La fin du … Lire la suite

Publié dans Bruni-Tedechi (Valeria), Bruni-Tedeschi (Valeria), cinéma, Cinéma français, critique de film | 5 commentaires

Chronique d’une liaison passagère d’Emmanuel Mouret : expectative

Brève recension de ce film vu il y a quelques temps. Un excès de littéralité et de ramifications encombrait les récits enchassés du précédent film d’Emmanuel Mouret, Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait, qui s’occupait de la théorie … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Mouret (Emmanuel) | Tagué , , , , , | 4 commentaires

Armaggedon time de James Gray : inéluctable injustice

Chez James Gray, le passé rend l’avenir inéluctable : le temps du père défaillant commande le temps du fils incertain. Sans doute lui était-il nécessaire de filmer son enfance où son cinéma prend sa source. Ce qui rend Armageddon time … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Gray (James) | Tagué , , , , , | 9 commentaires

Contes du hasard & autres fantaisies de Ryusuke Hamaguchi : pouvoir de la fiction

Quelques mots rapides sur ce film vu avec retard. A travers trois courts récits, qui composent son film à l’instar d’un recueil de nouvelles, Ryusuke Hamaguchi explore le thème du pouvoir de la fiction sur la réalité. C’est un sujet … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Hamaguchi (Ryüsuke) | Tagué , , , | 4 commentaires

Le Mépris de Jean-Luc Godard : le visage de Poséïdon, création de l’homme

La plupart des hommes oscillent entre de grandes pensées et de petites actions. Plus d’un film de Jean-Luc Godard a rendu compte de cette oscillation, mais aucun ne l’a mieux fait voir que Le Mépris (1963). Si le cinéma fut … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Godard (Jean-Luc) | Tagué , , , , , , , , | 10 commentaires

The Shop around the corner d’Ernst Lubitsch : comédie de masques

De Rendez-vous (1940) d’Ernst Lubitsch, plus connu sous son titre original, The Shop around the corner, on retient généralement la romance qui donne au film son argument de départ : deux employés d’une boutique de Budapest qui se déplaisent ont … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Lubitsch (Ernst) | Tagué , , , , , , , | 6 commentaires

La Neuvième symphonie de Detlef Sierck (Douglas Sirk) : juxtapositions

La vérité est multiple et plusieurs définitions du cinéma co-existent. J’aime celle selon laquelle le cinéma est l’art de faire croire à l’invraisemblable, art dans lequel Douglas Sirk était passé maître. A partir de la réalité et de ses différents … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma allemand, cinéma européen, critique de film, Sirk (Douglas) | Tagué , , , | Laisser un commentaire

La Sirène du Mississipi de François Truffaut : le provisoire et le définitif

Se marier par petites annonces interposées : c’est ainsi que Louis Mahé (Jean-Paul Belmondo), exploitant réunionais, entend mettre du « définitif » dans sa vie. Par ce procédé épistolaire, il fait venir de Nouvelle-Calédonie une jeune femme qu’il croit commune, qu’il a … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Truffaut (François) | Tagué , , , , , | 7 commentaires

La Nuit du 12 de Dominik Moll : une flamme dans la nuit

Histoire d’un féminicide, La Nuit du 12 (2022) de Dominik Moll est une terrible mise en accusation des hommes, du moins de certains hommes, dans leurs rapports avec les femmes. Lorsque Clara Royer (Lula Cotton Frapier), 21 ans, meurt brulée … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Moll (Dominik) | Tagué , , , , , , | 11 commentaires

Corps à coeur de Paul Vecchiali : la fusion des deux

Eviter que le monde ne se défasse, que l’amour ne se défasse, qu’un quartier ne se défasse. Retrouver pour cela un peu des forces du cinéma français des années 1930, et en particulier celui de Jean Grémillon, mais aussi celui … Lire la suite

Publié dans cinéma, critique de film, Vecchiali (Paul) | Tagué , , , , | 2 commentaires