Archives de catégorie : cinéma asiatique

Rouge de Stanley Kwan : disparus

Le cinéma de Hong-Kong des années 1980 et 1990 a ceci de particulier qu’il pouvait susciter un sentiment de mélancolie à partir d’images rapides. Paradoxe pour nous autres occidentaux qui nous imaginons que la mélancolie naît de l’épreuve du temps … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma chinois, cinéma hongkongais, critique de film, Kwan (Stanley) | Tagué , , , , , , , , , | 4 commentaires

Un Amour éternel de Keisuke Kinoshita : une vie sans amour

Un amour éternel (1961), où Keisuke Kinoshita retrouve Hideko Takamine, son actrice de Carmen revient au pays et Vingt-quatre prunelles, se situe au croisement du cinéma classique et de la nouvelle vague japonaise. Au premier, il emprunte de beaux plans … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Kinoshita (Keisuke) | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Kiki la petite sorcière de Hayao Miyazaki : un envol

Si j’étais psychanalyste, voici ce que je dirais à mes patients : « si vous êtes tristes, voyez les films d’Hayao Miyazaki ; nous parlerons la semaine prochaine de ce que vous en avez pensé ». Rares sont les films recélant à … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Miyazaki (Hayao) | Tagué , , , , , , , | 12 commentaires

Bonjour de Yasujiro Ozu : un vent léger comme remède

Bonjour (1959) est encore un film de Yasujiro Ozu qui raconte ou dévoile davantage que ce que son récit de départ laisse augurer. Et comme nombre de films tardifs du réalisateur, c’est un film qui se demande ce que c’est … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 12 commentaires

La Déesse de Satyajit Ray : perdue

La dénonciation des superstitions religieuses nées d’une application sans discernement de l’hindouïsme orthodoxe est un trait récurrent de l’oeuvre de Satyajit Ray. C’est un thème souterrain de sa trilogie d’Apu, et notamment du Monde d’Apu, où Aparna est contrainte de … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 6 commentaires

Le Monde d’Apu de Satyajit Ray : libre

Si Le Monde d’Apu (1959) est le couronnement de la trilogie d’Apu, c’est parce que Satyajit Ray y fusionne toutes les tendances, toutes les ambitions, tous les élans de son cinéma : la restitution de la face la plus intime … Lire la suite

Publié dans 100 films préférés, cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film, Ray (Satyajit) | Tagué , , , , , , , , , , | 11 commentaires

L’Invaincu de Satyajit Ray : l’échappée d’Apu

L’Invaincu (1956) de Satyajit Ray est un pont entre deux sommets, La Complainte du Sentier (1955) et Le Monde d’Apu (1959). Ray y raconte l’adolescence d’Apu et son combat pour se défaire d’un héritage familial dont il ne veut plus … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film | Tagué , , , , , , , , | 8 commentaires

La Complainte du sentier de Satyajit Ray : la vie capturée dans l’image

C’est l’un de ces films sur lesquels on hésite à écrire tant ils sont beaux, qui contiennent la vie tout entière et le cinéma tout entier. La Complainte du sentier (1955) de Satyajit Ray raconte l’enfance d’Apu, héros de Pather … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film, Ray (Satyajit) | Tagué , , , , , , | 24 commentaires

Fleurs d’équinoxe de Yasujirô Ozu : une défaite et une victoire

On ressent dans Fleurs d’équinoxe (1958) comme une secrète gravité, comme quelque chose que le film est sur le point de nous dire et que nous ne saurons jamais. Chaque plan semble contenir son propre secret chuchoté au creux de … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Ozu (Yasujirō) | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Des Jours et des nuits dans la forêt de Satyajit Ray : orgueils et préjugés

Ce qui rend les films de Satyajit Ray uniques, c’est en particulier la confrontation qu’il y organise entre le temps de la campagne et le temps de la ville, l’orgueil de l’homme et la conscience d’elle-même de la femme, les … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma indien, critique de film, Ray (Satyajit) | Tagué , , , , , , , | 3 commentaires