Archives par mot-clef : critique de film

Le Trio infernal de Francis Girod : complaisance anémiée

Voici un film qui porte bien son titre et s’inspire d’une affaire criminelle qui défraya la chronique dans la France des années folles : l’affaire Sarret, du nom d’un avocat marseillais qui commit plusieurs crimes dans le cadre de fraudes … Lire la suite

Publié dans cinéma, Cinéma français, critique de film, Girod (Francis) | Tagué , , , , , , , , | 4 commentaires

La lune s’est levée de Kinuyo Tanaka : la face cachée de la lune

La lune qui se lève, c’est ce moment où se joue, dans ce deuxième film de Kinuyo Tanaka, le sort d’Ayako et Setsuko Asai, celui où le choix d’un mari va les conduire à quitter leur père pour entrer dans … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Tanaka (Kinuyo) | Tagué , , , , , , , | 5 commentaires

Lettre d’amour de Kinuyo Tanaka : le courage d’une femme

Premier film de Kinuyo Tanaka, Lettre d’amour (1953) a au départ pour protagoniste principal Reichiki, un ancien soldat qui vit dans une sorte d’attente, dans l’espérance de revoir son amour de jeunesse Michiko, qui a épousé un autre homme pendant … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Tanaka (Kinuyo) | Tagué , , , , , , | 6 commentaires

La Captive aux yeux clairs (The Big Sky) de Howard Hawks : western d’eau

Deuxième western, deuxième chef-d’oeuvre : Hawks, lorsqu’il contait la conquête de l’Ouest à l’aube de la décennie 1950, avait les doigts du Roi Midas, transformant ce qu’il touchait en or. La Captive aux yeux clairs (The Big Sky) (1952) se … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Hawks (Howard) | Tagué , , , , , , | 11 commentaires

Sergent York de Howard Hawks : la conversion d’un coeur pur

Film d’une simplicité biblique, Sergent York (1941) raconte l’histoire d’Alvin York, héros de la première guerre mondiale. Ce fermier du Tennessee, troisième d’une famille modeste de onze enfants, qui souhaitait devenir objecteur de conscience lors de sa mobilisation en raison … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Hawks (Howard) | Tagué , , , , , , | 4 commentaires

Les Cousins de Claude Chabrol : illusions perdues

De prime abord, le deuxième film de Claude Chabrol, Les Cousins (1959), semble avoir été pensé contre son premier, Le Beau Serge (1958). Ce dernier se déroulait dans un milieu désargenté, dans une Creuse presque miséreuse, Les Cousins se passe … Lire la suite

Publié dans Chabrol (Claude), cinéma, Cinéma français, critique de film | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

Agent Secret (Sabotage) de Alfred Hitchcock : Conrad retourné

Tout film d’Hitchcock ou presque, même ses plus mineurs, est l’occasion de se convaincre derechef de son génie. Il adapte ici, avec son scénariste Charles Bennett, le roman le plus noir de Joseph Conrad, L’Agent Secret, qui raconte comment un … Lire la suite

Publié dans Adaptation, cinéma, cinéma anglais, cinéma européen, Conrad (Joseph), critique de film, Hitchcock (Alfred), Littérature | Tagué , , , , , , , , , , , , | 6 commentaires

Maternité éternelle de Kinuyo Tanaka : une femme éternelle

Kinuyo Tanaka, l’actrice fétiche de Mizoguchi, dont le visage de renarde, en lame arrondie, traverse notamment Contes de la lune vague après la pluie, Miss Oyu et L’Intendant Sancho, fut donc réalisatrice. Seule réalisatrice même durant la décennie 1950, âge … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma asiatique, cinéma japonais, critique de film, Tanaka (Kinuyo) | Tagué , , , , | 11 commentaires

La Rivière Rouge (Red River) de Howard Hawks : rivalités

Le cinéma de Howard Hawks met en scène des couples dont les rapports répondent au régime de la rivalité. Même lorsqu’il s’agit d’une joute amoureuse ou amicale, il faut que l’un l’emporte sur l’autre, où impose ses désirs à l’autre, … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Hawks (Howard) | Tagué , , , , , , , , , | 15 commentaires

Dillinger est mort de Marco Ferreri : l’homme-objet

La nature et les intentions de Dillinger est mort (1969) sont d’emblée annoncées par Marco Ferreri dans un prologue où le collègue de travail de Glauco (Michel Piccoli), dessinateur industriel qui a conçu un masque à gaz, lui lit un … Lire la suite

Publié dans cinéma, cinéma européen, cinéma italien, critique de film, Ferreri (Marco) | Tagué , , , , , , , , | 5 commentaires