Bilan de l’année 2021

Tentative de top 10 (ou à peu près) tout ce qu’il y a de plus subjectif pour l’année passée, avec les limites inhérentes (humeur du jour, films non vus, etc.) à ce type d’exercice – chaque titre inclut un lien conduisant à sa critique sur ce blog :

  1. Drive my car de Ryusuke Hamaguchi – malgré quelques longueurs, voici le film qui m’aura, dans l’ensemble, le plus durablement marqué cette année. Un film double sur des personnages doubles, nourri de la mélancolie propre à Tchekhov.
  2. Tre Piani de Nanni Moretti – une histoire d’héritage où Moretti s’interroge sur l’héritage des pères, en s’incluant dans le lot. Bien davantage lié à ses précédents films qu’on ne l’a dit.
  3. Madres Paralelas de Pedro Almodovar – deux récits s’imbriquant qui semblent appartenir à des registres différents (le récit de deux mères et le récit historique lié à la Guerre d’Espagne) mais qui sont en réalité inextricablement liés.
  4. Memoria de Apichatpong Weerasethakul – histoire d’une mémoire traumatique où c’est au spectateur de reconstituer un puzzle d’échos et de signes.
  5. First Cow de Kelly Reichardt – l’Amérique de Thoreau et Emerson revisitée sous la forme d’un faux western par une cinéaste américaine de talent qui poursuit sa carrière en marge des grands studios.
  6. Onoda, 10.000 nuits dans la jungle de Arthur Harari – quand une fiction malade (celle du Japon invincible de la Seconde Guerre Mondiale) se substitue à la réalité, un film très réussi qui traverse les frontières, sans doute parce que c’est une histoire hélas universelle et intemporelle.
  7. West Side Story de Steven Spielberg – si ce West Side Story anti-Trump était sorti la veille de la dernière élection américaine comme cela était prévu avant que le Covid ne décale sa sortie, sans doute que la question rhétorique du « pourquoi un remake » aurait été moins posée et que l’on se serait davantage penché sur la réinvention par la mise en scène du morceau « America » et ce nouveau personnage de Valentina, qui fait comprendre qu’il a déjà existé un couple mixte et introduit donc l’idée féconde d’un éternel retour.
  8. Les Amants sacrifiés de Kiyoshi Kurosawa – la rencontre de deux cinéastes aux univers différents (celui des pièces à double-fond et celui des personnages doubles), qui produit un récit inégal mais où l’emportent in fine les mystère propres à la mise en scène de K. Kurosawa.
  9. Compartiment n°6 de Juho Kuosmanen – deux solitaires qui se rencontrent dans un train filant à travers le pays de neige que se partagent la Finlande et la Russie. Un récit presque tolstoïen par certains aspects (l’homme du peuple qui dissipe la fausseté des citadins, thème cher à Tolstoï), aussi touchant que bien joué.
  10. Illusions perdues de Xavier Giannoli – on peut regretter l’absence de certains personnages du chef-d’oeuvre de Balzac purs et au grand coeur (d’Arthez, David Séchard, etc.), absence due à des raisons structurelles assez compréhensibles, mais la vivacité et l’énergie du découpage et la qualité des acteurs emportent le morceau.
  11. The Card counter de Paul Schrader et Benedetta de Paul Verhoeven – deux cinéastes qui ressassent leurs obsessions au sein du territoire de cinéma qu’ils sont créés, deux récits où c’est le personnage principal qui produit la fiction, que l’on aperçoit donc à travers ses yeux, avec comme de coutume une ambiguïté particulière dans le cas de Verhoeven.

Cet article, publié dans Bilan 2021, cinéma, critique de film, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Bilan de l’année 2021

  1. princecranoir dit :

    Content de voir Benedetta, Onoda et West Side Story dans cette sélection. Il me reste à voir les autres.
    N’y a t il pas confusion entre Old Joy et First Cow ?

    J’aime

    • Strum dit :

      Tout à fait pour la confusion, bien vu ! J’ai corrigé cela. Peut-être est-ce dû au fait que dans mon esprit, les deux films se font écho. Que ce genre de classement est difficile à faire – l’ordre aurait pu être différent demain.

      Aimé par 1 personne

  2. Ayant lu quelques critiques négatives, je ne pensais pas que « drive my car » était si bien, je tâcherai donc de le voir…

    Aimé par 1 personne

  3. Jean-Sylvain Cabot dit :

    Bonjour Strum. Vous connaissez ma position sur Les amants sacrifiés, Drive my car et Compartiment 6. Je n’ai pas vu et ne compte pas voir Onoda et Memoria. Heureux que le Schrader soit dans votre liste, Je le vois dimanche 16 et ne pense pas être déçu.
    Meilleurs voeux pour 2022 et beaucoup de beaux films et de belles chroniques que je prends toujours plaisir à lire même si je suis en désaccord et si je m’abstiens de commenter.

    J’aime

    • Strum dit :

      Bonjour Jean-Sylvain, Oui, tout à fait pour vos positions, même si je crois me souvenir qu’elles étaient plus marquées pour Les Amants et Drive my car que pour Compartiment n°6. Ce genre de classement est de toute façon toujours difficile à faire et arbitraire. Merci et meilleurs voeux également pour cette année 2022 que l’on espère meilleure que l’année dernière !

      J’aime

  4. lorenztradfin dit :

    Je ferai comme laboucheaoreille ! Merci pour ta liste !

    J’aime

  5. oussadi dit :

    C’est un classement qui vous reflète: votre goût pour le cinéma asiatique (japonais en particulier), d’auteur et littéraire. C’est pointu et parfois ésotérique. Personnellement je n’en ai vu que deux que j’ai beaucoup aimé dans les deux cas « Madres Paralelas » et « West Side Story ». Je verrai sûrement les films japonais, cinéma dont je suis également fan et le 2° de Juho Kuosmanen qui a réalisé « Olli Mäki » (film que j’ai découvert récemment sur Arte et que j’ai beaucoup aimé). Je voulais voir également « First Cow » car le seul film que j’ai vu de Kelly Reichardt (« Wendy et Lucy ») m’a beaucoup plu. C’est dommage que vous n’ayez pas vu « Gagarine », j’ai trouvé que c’était une merveille, je l’aurais mis en 2° (le premier pour moi c’est « Annette », il est indétrônable à mes yeux mais je sais que nous ne sommes pas d’accord!)

    Aimé par 1 personne

    • Strum dit :

      Merci, je ne suis pas très fort en liste et j’ai eu du mal à l’établir ; si vous trouvez qu’elle me ressemble, c’est déjà pas mal. Oui, j’ai manqué plusieurs films et en effet pour Annette. 😉

      J’aime

  6. Pascale dit :

    Je les ai tous vus et nous en avons 8 en commun dans nos tops mais je n’ai pu me limiter à 10 (j’en ai vus 130 en salle cette année)…

    J’aime

  7. ornelune dit :

    Tu me remets à l’esprit le Harari dont j’avais entendu grand bien mais que je n’avais pas pu voir. Ainsi que le Moretti que j’avais oublié ! Sinon les quatre films que j’ai vu de cette liste sont suffisamment singulier, touchant, enthousiasmant pour être retenus parmi les meilleurs de l’année.

    J’aime

  8. Je n’en ai vu qu’un seul : Drive my car qui est un bijou et sur lequel je suis entièrement d’accord avec toi. Pour les autres, je les ai soit ratés, soit ils ne sont pas sortis chez moi. Madres paralelas sort à la fin du mois, j’irai le voir mais j’appréhende un peu. On aura l’occasion d’échanger là-dessus 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s