Major Dundee de Sam Peckinpah : cavalcade infernale

Voir Major Dundee (1965), c’est se replonger dans l’atmosphère particulière des films de Sam Peckinpah, où l’humanité semble en guerre contre elle-même. A partir d’un événement historique imaginaire se déroulant pendant les derniers mois de la Guerre de Sécession, Peckinpah raconte la poursuite d’un groupe d’apaches rebelles responsables du massacre d’un poste avancé par une troupe irrégulière de l’Armée de l’Union menée par le Major Dundee (Charlton Heston).

Dundee est une tête brulée mutée à la tête d’un camp de prisonniers sudistes au Nouveau Mexique pour des faits d’insubordination lors de la bataille de Gettysburg (sans que le film ne donne un quelconque éclairage sur son passé). Sans paraître réfléchir une seconde aux conséquences de ses actes, et sans en référer à ses supérieurs, il propose un marché aux prisonniers sudistes : il fera ses meilleurs efforts pour obtenir leur libération s’ils acceptent de s’enrôler dans le régiment de fortune qu’il a assemblé à la hâte, où l’on trouve des voleurs de chevaux, des scouts indiens, un prêtre défroqué, et autres renégats auxiliaires de guerre. Mais sa véritable promesse, la voici : ceux qui le suivront, accepteront de le suivre jusqu’en enfer. Car Dundee ne pense qu’à une seule chose : retrouver et tuer le chef apache Sierra Charriba, à l’instar d’Achab poursuivant Moby Dick. Comme Ismaël dans le roman de Melville, un jeune clairon relate en voix off, par intermittences, la progression du détachement en territoire hostile.

Parmi les confédérés, se trouve un ancien condisciple de Dundee à West Point, le capitaine Benjamin Tyreen (Richard Harris) et ses manières d’irlandais bien né. Après un chantage à la pendaison, Tyreen accepte de quitter sa prison pour accompagner la troupe irrégulière de Dundee, non sans menacer de le tuer une fois cette histoire terminée. Pourtant, une estime réciproque et des souvenirs communs ont forgé entre eux des liens solides, comme s’ils n’arrivaient pas à devenir de vrais ennemis malgré leur appartenance à deux camps opposés. A l’inverse, Dundee traite sans aménité ses supposés amis. Voyez comme il parle au scout Samuel Potts (James Coburn) qui lui est pourtant fidèle : comme à un subordonné chargé des basses oeuvres. Et quand, au cours de la poursuite, une idylle naît entre lui et une belle veuve d’origine autrichienne (Senta Berger), Dundee détruit tout espoir de naissance d’un sentiment amoureux entre eux en couchant avec une autre femme. Le régiment poussiéreux de Dundee prétend venger des morts, et il affrontera des apaches furieux et des lanciers français pilleurs de villages (dans tous les films américains se déroulant au Mexique du temps de l’Empereur Habsbourg Maximilien, les français sont soit ridicules soit brutaux) mais il porte en lui ses propres dissensions, sa propre mort en marche. Car une fois que le cycle de la violence et des représailles est actionné par Dundee, il devient incontrôlable et n’a plus de fin. Chez Peckinpah, rien de noble, rien de pur ne survit sinon corrompu, et les hommes font perpétuellement sécession, comme si la guerre du même nom se poursuivait éternellement ; une bonne action est toujours suivie d’une mauvaise, une trêve d’une erreur de jugement ou d’un mouvement d’humeur ; presque tout s’achève dans la putréfaction, devient poussière, s’efface ou s’ensanglante. C’est un cinéaste terriblement pessimiste sur la nature humaine, ce qui rend certains de ses films difficiles à voir – pas Major Dundee néanmoins, ni le très beau Coups de feu dans la Sierra (1962). Tout ce qui relève de l’ordre est également tourné en dérision par le film, ainsi le très formaliste lieutenant Graham, artilleur qui crie des commandements de manoeuvre dont personne ne tient compte dans la grande mêlée du début.

Ce chaos qu’on retrouve dans la plupart des films de Peckinpah est le reflet, selon les anecdotes, de celui qui prévalait sur ses tournages (et sans doute en lui-même), qu’il pouvait interrompre sur un coup de tête ; et s’il s’entourait d’acteurs fidèles (Warren Oates, L. Q. Jones), il pouvait harceler ceux qui ne lui plaisaient pas, dépassant alors les bornes. Sur le tournage de Major Dundee, il dût rendre coup sur coup, car la Columbia qui produisait le film avait décidé au dernier moment d’amputer des deux tiers son budget, très important au départ. Furieux, mais refusant de changer pour autant son récit et le plan de tournage, Peckinpah tourna le film dans des conditions matérielles difficiles au Mexique, odieux avec son équipe et dans un état d’ébriété fréquent. Le studio intervint pour l’obliger à finir le tournage à la hâte et lui retira le droit de prendre part au montage. Le film subit de très nombreuses coupes, une musique militaire fut ajoutée contre le gré du cinéaste, la fin nihiliste voulue par lui fut changée, et un échec commercial sans appel couronna l’entreprise.

Tel qu’on peut le revoir aujourd’hui, dans une belle réédition, le film bénéficie du rajout de certaines scènes initialement coupées et d’une nouvelle musique de Christopher Caliendo, apte à faire ressentir la profonde mélancolie, le désespoir même qu’exhalent certaines scènes. Car malgré les béances qui se font dans le cours du récit, malgré les ellipses forcées et les plans manquants, malgré la fin comme en suspens du film, cette cavalcade infernale et inachevée possède par moment un singulier pouvoir de fascination. Il faut dire que la photographie de Sam Leavitt est superbe, de même que les paysages du film, où les mesa mexicaines laissent parfois la place à d’éphémères oasis, missions ou lacs cachés, où cette troupe de maudits éperonnée par son chef tourmenté peut se défaire de son fardeau avant la prochaine épreuve. Les ralentis, si nombreux à la fin de La Horde Sauvage, sont ici utilisés avec parcimonie. Excellente interprétation de Charlton Heston.

Strum

Cet article, publié dans cinéma, cinéma américain, critique de film, Peckinpah (Sam), est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Major Dundee de Sam Peckinpah : cavalcade infernale

  1. princecranoir dit :

    Inconditionnel de Peckinpah, tu ne pouvais pas me faire davantage plaisir avec cet article. J’avoue que « Major Dundee » ne fait pas partie de mes titres préférés de Bloody Sam, coincé entre deux monuments de son œuvre que sont « Coups de feux dans la Sierra » et « la Horde Sauvage ». J’ai toujours trouvé que la flamme qui l’anime au début vient vite à s’essouffler, le récit à se déchiqueter, instillant une pointe d’ennui. Restent en effet les images signées Sam Leavitt (autopsie d’un meurtre, Cape fear, et j’en passe), et cette formidable réunion d’acteurs avec au premier plan Charlton heston sans doute dans un de ses rôles les moins sympathiques, et l’immense Richard Harris. je ne sais pas si la version que j’ai est celle remontée avec la nouvelle bande-son. Je m’en vais vérifier illico car si ce n’est pas le cas, le revoir sous un autre jour, fort de ton excellent texte, est une perspective qui me ravit.

    J'aime

    • Strum dit :

      Je ne suis pas un inconditionnel de Peckinpah, à l’exception de Coups de feu dans la Sierra, un grand film, son plus beau pour moi. Je ne m’attendais pas à aimer autant ce Dundee, qui est plein de trous narratifs et de chaos pourtant, et alors même que je ne garde pas un grand souvenir de La Horde Sauvage. Il faudra quand même que je me décide à revoir ce dernier que j’ai découvert il y a très longtemps. Quoiqu’il en soit, heureux de t’avoir fait plaisir avec cet article. Et cette nouvelle musique est bien meilleure que la précédente.

      Aimé par 1 personne

  2. Ronnie dit :

    Bordélique de A à Z, pour faire court. 😉

    Aimé par 1 personne

    • Strum dit :

      C’est un peu court jeune homme ! On pouvait dire… Confus narrativement et pourtant étrangement attachant et parvenant à transmettre la fatalité du sujet, le caractère obsessionnel du personnage, le cycle sans fin de la vengeance… 😉

      J'aime

  3. Ronnie dit :

    Le Sam adorait tourner dans le bordel le + complet.
    Entre le script boiteux, le gros budget ( son 1er ) qui dérape, la rivalité Heston / Harris, le prod. Bresler qui vient les lui briser quasi tous les jours, on peut dire qu’il était dans son élément, tout ce foutoir rejaillit et impacte bien évidemment le film et le rapproche plus près d’un beau gâchis que du beau grand film qu’il aurait pu (du ) être.
    PS / On raconte que Bloody Sam n’aurait pas changé une seule fois de pantalon en 75 jours de tournage.

    Aimé par 1 personne

    • Strum dit :

      Oui. Pour être honnête, je ne trouve pas le personnage très sympathique. ll était odieux sur les tournages. Et ne pas changer son pantalon pendant 75 jours, c’est juste très bête. Mais il avait un sacré talent ! Et il y a de grandes scènes dans ce film qui ne trahit jamais son sujet et ses thèmes.

      Aimé par 1 personne

  4. Moi j’aime beaucoup Peckinpah mais je n’ai vu ni Dundee, ni Coups de feu dans la Sierra et je porte La horde sauvage au pinacle.

    Ton post donne envie, on retrouve son pessimisme assez systématique qui ne me gêne pas spécialement. Si l’occasion se présente je lui donnerai sa chance enfin pour l’instant …. les cinémas ne ré-ouvrent que le 17 mai chez moi 😦

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s